Les enfants doués sont plus aptes à traiter les stimuli externes. Comment les enfants surdoués arrivent à ce concentrer plus facilement ? Qu’est-ce qui explique que leur mémoire soit plus performante ? Une étude conduite par des chercheurs de l’institut de psychologie de la CAS (Chinese Academy of Sciences) apporte un élément intéressant.

Les individus pourvus d’une plus grande intelligence se concentrent plus efficacement et ont une meilleure mémoire que la moyenne des individus. Malgré tout, un mystère restait, qui hantait les scientifiques : comment l’activité neurale du cerveau peut-elle s’engager et se maintenir dans de telles tâches cognitives ?

Une étude conduite par des chercheurs de l’institut de psychologie de la CAS (Chinese Academy of Sciences) pourrait apporter de nouveaux éléments à la compréhension des mécanismes sous-jacents concernant la manière dont sont traitées les informations auditives chez les enfants possédant des dons intellectuels. Ce travail a été publié dans la revue Neuro-science.En utilisant la technique ERP (Event-Related Potential, ERP [1]), qui est une expérience permettant aux chercheurs d’observer l’activité du cerveau humain qui reflète un processus cognitif spécial, le Dr. LU Yongyan et le Pr. SHI Jiannong ont examiné le traitement automatique des informations auditives et de nouveaux stimulus chez les enfants surdoués et normalement intelligents.

Dans les expériences, des électroencéphalogrammes permettent d’établir plusieurs indices pour étudier la perception de la parole et de l’apprentissage chez ces enfants, tels que l’indice MMN (Mismatch negativity), un type spécifique de modes d’activité cérébrale généré lorsqu’une personne entend une incongruïté, l’indice LDN (late discriminative negativity), ainsi que les pertes involontaires d’attention, dans lequel la valeur maximale de l’amplitude du pic et l’indice MMN précoce été analysés.

Les tests des chercheurs de la CAS ont montré que les enfants doués avaient des valeurs d’événements P3a de MMN, LDN, et les latences de pic précoces dans les LDN que celles présentes chez les enfants situés dans la moyenne.

Ils ont donc prouvé que, d’une certaine manière, les précédents ont de meilleures capacités à traiter les stimuli externes, ce qui implique que les enfants surdoués peuvent percevoir de nouvelles informations plus rapidement et plus efficacement.

[1] Technique ERP sur Wikipédia : http://en.wikipedia.org/wiki/Event-related_potential

Texte: Emilie Paniagua

Origine: – Ambassade de France en Chine / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54414.htm

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*