Passer une nuit blanche pour apprendre, réduire ses temps de sommeil pour pouvoir combiner travail et études a des effets contre-productifs.

Dans le monde scientifique, il est maintenant bien acquis que la déficience de sommeil entraîne une baisse des performances intellectuelles. Carlyle Smith, professeur of psychologie à l’Université Trent de Peterborough, a voulu savoir ce qui se passait chez les étudiants qui, durant la semaine, apprenaient intensément et sortaient le week-end jusqu’à tard dans la nuit. Il a pu observer que ce mode de vie chez cette population entraînait une perte de la faculté de mémorisation sur le moyen terme. Bref, sortir le vendredi soir jusqu’au lendemain très tard peut être responsable d’une perte des connaissances acquises durant la semaine jusqu’à hauteur de 30%

Est-ce à dire qu’il faille éviter les sorties pour être efficace intellectuellement ? Certes non. Simplement les conclusions de Smith indiquent qu’après une semaine intense et fatigante de travail il convient, pour un étudiant, de se reposer le week-end. Rien n’empêche de sortir ou faire la fête mais sans engendrer un manque de sommeil.

Le problème du déficit de sommeil concerne notamment les étudiants qui combinent souvent leurs études à un travail salarié. Rappelons qu’ils sont tout de même environ 49% dans ce cas.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*