Quels sont les bénéfices des outils numériques (ordinateurs portables, tablettes…) et d’internet sur les résultats scolaires ? Est-ce que les outils numériques et internet sont un remède miracle  et être considérés comme une innovation pédagogique ? Quel est le bilan des expériences numériques menées par des établissements scolaires ? Que conclue l’étude PISA de l’OCDE ?

Révolution  numérique et les attentes

On s’attendait à ce que la révolution numérique se transforme en révolution pédagogique à l’école. Des élèves équipés d’ordinateurs portables, de tablettes avec l’accès à l’internet haut débit puissent voir leurs résultats scolaires augmenter. Au minimum on s’attendait à ce que ces outils numériques puissent redonner le goût d’apprendre notamment avec des applications, des jeux éducatifs ludiques.

Épiquement numérique des collèges par le conseil général des Landes

Devant cette évidence intuitive, il n’a pas fallu attendre 2017 pour que des initiatives d’équipement d’écoles ou de groupes scolaires voient le jour. Et on y met les grands moyens. C’est donc dès 2001 qu’une des toutes premières initiatives a été lancées en France (voire même au monde) par le conseil général des landes sous l’impulsion de son président de l’époque, Henri Emanuelli. Nom du programme d’équipement : « un collégien, un ordinateur Portable ».
 
C’est ainsi que l’ensemble des élèves du collège et leurs enseignants sont équipés d’ordinateur portable neuf équipés de logiciels pédagogiques. 4 200 portables sont distribués à la rentrée 2002. L’accent est aussi mis sur l’e-Learning.

En 2004 tous les enseignants des collèges départementaux, de 4ème et 3ème, disposent également d’un portable (1 200 postes). Le département gère alors un parc de près de  10 000 ordinateurs portables et déploie du personnel en supplément dans les collèges.

Le programme est ambitieux puisque ce sont près de 48 millions d’€ que le conseil général des landes aura investis dans les seuls équipements numériques. Cette initiative sera reprise par d’autres départements comme celui des bouches du Rhône ou même des mairies comme celle de Levallois Perret où une école a vu ses élèves équipés de tablettes ipad tout neuf.

Épiquement numérique dans un groupe scolaire dans le Kyrene, en Arizona

 Une initiative similaire est menée aux USA par un groupe scolaire dans le Kyrene, en Arizona, en 2006, de mettre en place un grand programme d’utilisation des technologies de l’information. De la maternelle jusqu’au collège les élèves sont équipés d’une connexion internet haut débit, d’une salle informatique équipée d’ordinateurs neuf, de tableaux interactifs, d’ordinateur portable et aura le privilège d’être les premiers écoliers à disposer d’une tablette tactile. L’école achète des licences de jeux interactifs éducatifs pour apprendre à compte et à lire. Certains enseignants utilisent le blog pour que leurs élèves puissent exposer leurs idées et les faire partager par un plus grand nombre de camarades. Quoi de plus stimulant, pour les élèves, de disposer d’outils numériques derniers cris pour apprendre ? Et le groupe scolaire a mis les moyens : l’investissement dans ces outils informatiques et numériques s’élève à 33 millions de dollars !

Bilan et déceptions

Pourtant le bilan de ces 2 expériences est plutôt décevant et presque même inattendu !
Au moment de tirer un bilan de cette expérience 10 années plus tard dans le département des landes, le rapport de l’inspection générale de 2012 note une utilisation positive de cette expérience. Par contre le bilan en matière de résultats scolaires est plus contrasté. Le rapport conclut même que « Il n’est pas possible d’établir un lien, ici comme ailleurs, entre l’équipement des collèges en outils et contenus numériques, d’une part, et performance des élèves ».
 
Le rapport constate encore que si «au départ, l’individualisation des activités était évidente et apparaissait comme l’un des atouts majeurs de l’ordinateur portable ; elle a pourtant rarement été utilisée à des fins de remédiation pédagogiques ».
 
Seulement 45% des enseignants estimaient que le numérique permet d’enseigner autrement et plus efficacement. Et parmi les enseignants qui partagent cette opinion très souvent on trouve des enseignants des matières non généralistes comme la musique, les arts plastiques.  Les outils numériques permettent seulement de mettre leurs cours sur un support sur l’ordinateur. Cela n’a pas modifié la pédagogie en elle-même.
 
Le constat est identique aux USA : aucun progrès significatif n’a pu être constaté en mathématiques et au niveau de la compréhension de l’écrit dans les principes de l’étude PISA. Pire ! Le niveau moyen des élèves américains a augmenté pas celui de ce groupe scolaire d’Arizona.
 
Selon cette étude PISA il n’y a pas de lien entre le temps d’utilisation des TIC (Technologies de l’information et de la communication ) et l’amélioration des résultats scolaires. Mieux les enquêtes montrent que les écoles qui ont une utilisation modérée du numérique ont de meilleurs résultats.
Il a été remarqué que le numérique a une influence plutôt négative de la discipline des élèves en classe : ceux-ci sont vite distraits, sont plus facilement dissipés et dévient vers des jeux. Le contrôle n’est pas forcément possible par l’enseignant. Il n’est pas toujours possible non plus de brider les outils tablette ou ordinateurs. Il n’est pas rare que des élèves aient des connaissances supérieures à leurs enseignants d’une génération bien différente.
D’où la nécessité d’une formation adéquate des enseignants. Ce point est trop souvent ignoré car on pense qu’un enseignant qui vit dans une société du numérique saura utiliser le numérique.

La pratique des outils numériques dans les établissements scolaires et les établissement de formation

Il a été constaté que 80% à 90% du temps d’utilisation des ordinateurs est pour des activités ludiques. La signature d’une charte d’utilisation sur le téléchargement de contenus illégaux s’avère être une bien loin souvenir dans la pratique. Les enseignants en sont réduits le plus souvent à faire la police et à développer la surveillance des élèves contre-productives avec l’objectif de départ.
 
Mais pour autant il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. L’utilisation du numérique dans les écoles a du sens. D’autant que l’utilisation du numérique entre dans le quotidien (tablette et smartphone). L’usage est plus démocratisé. Mais il nécessite un accompagnement notamment au niveau des enseignants.
Mettre du numérique en pensant que cela va résoudre à lui seul tous les problèmes en termes de pédagogie et d’échec scolaire est une pure illusion. Et c’est ce que démontrent les études et ces 2 expériences.
Leur introduction dans les établissement scolaire et les établissement de formation doit être réfléchie. Une attention toute particulière doit être apportée aussi au contenu et aux exercices pédagogiques.
apprendreaapprendre.com
Tags: ,

2 Comments

  1. Bonjour,

    Auriez-vous des contre-exemples où le numérique est une réussite et comment s’y sont-ils pris?

    Merci

    • Bonjour,
      Bonne question. Il n’y a pas de contre exemple que nous ayons trouvé.
      Ceci dit, il faut vivre avec son temps. Le recours à des plateformes (comme le fait d’utiliser le « cloud » pour partager des documents) rend l’enseignement plus « simple ». Mais cela ne dispense pas d’avoir un contenu de qualité. Un mauvais contenu, un mauvais enseignement ne sera pas meilleur en utilisant les tablettes et autres objets numériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*