Est-ce que finalement les devoirs à la maison sont une bonne chose ? C’est la question que se posent de plus en plus de parents au Québec. Le milieu enseignant s’interroge aussi alors que celui-ci observe que de plus en plus de parents sont stressés à l’idée d’assister leurs enfants : fatigués du travail, l’idée de s’occuper des devoirs de leur progéniture devient vite une corvée.

On aurait tendance à penser que plus les enfants travaillent à la maison, plus ils ont de chances de réussir à l’école. En fait rien n’est moins sûr. S’en référer aux spécialistes de la psychologie et de la pédagogie ne nous éclairera pas plus, car ceux-ci sont loin d’être d’accord sur ce sujet.

Notons cependant que des chercheurs américains ont tenté de faire une étude sur le sujet. Il en ressort, qu’en général, la quantité de devoirs à la maison donnés par les professeurs ont peu d’influence sur les résultats scolaires des élèves. En d’autres termes, ce n’est pas parce qu’un élève a beaucoup de devoirs qu’il deviendra meilleur. Ces chercheurs américains soulignent, entre autre, que le travail à la maison en excès amène le plus souvent les enfants à se démotiver par dégoût de l’école.

Ceci dit, certains enseignants font remarquer que les devoirs sont trop perçus, par les parents, comme une corvée, d’autant plus quand ceux-ci ne s’estiment pas vraiment compétents. La solution de facilité serait d’avoir recours aux cours particuliers. Or, pour ces mêmes enseignants, le travail scolaire à la maison devrait être l’opportunité de transmettre des valeurs aux enfants, comme celles de la persévérance, de la réflexion, du respect. C’est aussi une formidable occasion pour les parents de passer un moment privilégié avec leurs enfants. Leur tort est peut être de vouloir trop bien faire, de vouloir à tout prix faire réussir leur enfant. Même si cette volonté est bien légitime, leur simple présence, leur écoute, sans forcement avoir réponse à tout, peuvent s’avérer largement suffisantes.

One Comment

  1. Le moment des devoirs est souvent une source de stress et de frustrations pour beaucoup de parents. La méthode, l’explication et la patience ne sont pas toujours au rendez-vous. Alors comment faire quand on a déjà l’impression d’avoir tout essayé ou presque ?

    Ptisham TAZI, professeur particulier et formatrice, explique comment éviter le stress au moment des devoirs et faire progresser les enfants. Elle dévoile ses méthodes, faciles à utiliser, dans son livre Gérer plus facilement les devoirs dès ce soir. Vous aider à atténuer les conflits lors des devoirs, favoriser la concentration de votre enfant et développer son autonomie : c’est ce que propose ce livre grâce à des moyens efficaces, concrets et applicables immédiatement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*