Faut-il privilégier les outils numériques via les TIC  (Technologies de l’information et de la communication) ou internet pour apprendre ? Est-ce que le support papier ne serait-il pas dépassé en ce début du XXIème siècle ? L’écran ne serait-il pas l’avenir pour apprendre et mémoriser ? Les études vont à l’inverse de ce que l’on peut intuitivement penser.
 
Une étude britannique (Kate Garland, de l’université de Leicester) a démontré que la mémorisation d’une information, qu’elle soit lue sur papier ou sur écran, est quasi identique. La majorité des études montre même un léger avantage pour le support papier. En fait tout dépend du contenu de l’information, comment il est présenté. Papier ou écran, un contenu présenté à l’identique, sera mémorisé de la même façon.

Par contre l’avantage certain du numérique et la possibilité de gagner du temps dans la création d’un support et de pouvoir le diffuser, ce que ne permet pas le papier. L’usage de la vidéo, via internet, permet d’amener une information de façon plus pédagogique que sur le papier.

Enfin internet et les TIC permettent d’avoir accès à un contenu extrêmement riche et varié, ce que ne permettait pas l’époque du tout papier.

André Tricot, chercheur de l’université de Toulouse indique que la  lecture sur écran est plus difficile : le cerveau de l’élève doit en permanence réfléchir à une action : cliquer ou non sur un lien, déclencher le déroulement du texte ou passer à la page suivante. Cette complexification de l’écran aurait un impact négatif sur la mémorisation.

L’usage du numérique est différent selon les matières car les besoins ne sont pas identiques.
Le numérique via l’usage d’internet offre un accès quasi illimité et très varié au savoir. Tout le problème est de savoir s’orienter et se guider dans cet océan de savoir. Les élèves peuvent vite s’y perdre et tomber sur des sites peu recommandables.

92% des jeunes préfèrent la lecture papier que de lire sur un écrant (Tablette, ordinateur ou smartphone).

Si vous pensez que les jeunes générations ne sont enchantées que par leurs téléphones portables ou autres tablettes, vous êtes peut-être dans le faux. En effet selon une nouvelle étude, 92% des étudiants préfèrent lire sur un support papier que de lire sur un support écran.
 
Ces résultats, pour le moins surprenant, proviennent des recherches du professeur en linguistique universitaire américaine Naomi S. Baron, auteur du livre «Words On screen: The Fate of Reading in a Digital World». Baron a dirigé une équipe qui a demandé à 300 étudiants des États-Unis, de Slovaquie, du Japon et d’Allemagne comment ils préféraient lire ? 92% des élèves interrogés ont préféré lire sur le support papier (livre, magazine, journal) que sur les écrans via les TIC ou internet.
 
Steven Hernandez, un étudiant à l’Arizona State University qui a participé à l’étude indique  « Je crois que la possibilité et la probabilité de distraction sont trop élevées quand il s’agit d’utiliser des outils d’apprentissage en ligne « . Il ajoute néanmoins que «Le côté positif des supports sur écran comme l’e-books est que le prix bas »

Le numérique (internet, multi média, ordinateur, tablettes) à l’école permettent-ils à l’élève d’avoir de meilleurs résultats scolaires ?

Des expériences scolaires à grande échelle ont montré que les résultats de l’introduction de l’outil numérique étaient plutôt décevants.

Il faut dépasser ces 2 échecs (ne nous voilons pas la face) pour une analyse plus fine. Car tout n’est pas aussi « mauvais » ou « inefficace » dans l’introduction de l’outil numérique et des TIC (. Donc il est difficile de mesurer l’impact en lui-même. Beaucoup de critères sont à prendre en compte.

Éric Charbonnier, expert éducation à l’OCDE, il faut s’enlever de l’esprit que les solutions numériques (internet, multimédia, ordinateur ou tablettes) permettent à elles seules d’améliorer les résultats scolaires des élèves. Ce n’est en aucun cas une solution-miracle. Il est facile d’imaginer que le numérique serait une forme de Saint Grall aux problèmes d’éducation ! Ce n’est pas parce qu’une école équipe ses élèves d’une tablette tactile les résultats vont se trouver améliorés ou que même les enseignants seront plus efficaces.

Le numérique apporte une valeur ajoutée dans les exercices et sur la façon de travailler des élèves. Il permet aussi une individualisation.

En général, les outils numériques et informatiques sont principalement utilisés pour apporter et acquérir de nouvelles compétences aux élèves. La façon d’apprendre évolue ainsi vers une plus grande autonomie de l’élève. Mais il est bien difficile de voir comment le savoir a été acquis à travers l’ancien système d’évaluation qui sont les notes. Ce qui est sûr est que les outils numériques et informatiques ont un effet positif sur la motivation de l’élève. L’usage du numérique propose des contenus et un apport des savoirs plus ludique. L’usage de vidéos éducatives permet de moindre dépendant de la prise de notes du cours. Il y a aussi plus l’usage du visuel. Ainsi on comprend que la motivation de l’élève est facilitée.

L’efficacité de l’utilisation des écrans (via les TIC et internet) à l’école se heurte aussi à certains freins.

Quels sont les freins à l’utilisation des nouvelles technologies à l’école ?

Les freins ne sont pas institutionnels, les programmes de numérisation de l’école sont largement soutenus par l’Europe, les collectivités locales et l’Éducation nationale. Si on se base sur un sondage opinionway pour « savoir livre » Parents et enseignants sont favorables : 91% des parents, 90% des directeurs 92% des enseignants (1)

Alors pourquoi ces difficultés de mise en place des outils numériques (TIC , internet, tablettes) ?

D’abord les enseignants ont besoin de se familiariser avec les outils numériques et informatiques. Cela nécessite forcément une formation des enseignants. En Angleterre par exemple, pays qui a la réputation d’être réformiste en termes de nouvelles technologies, 70% des enseignants ont besoin d’un accompagnement, notamment parmi les enseignants les plus âgés et qui ne sont pas forcément familiarisés dans leur génération à la manipulation des outils numériques, internet et informatique. Il arrive même que parfois ce soit les élèves qui aient plus de facilité dans le maniement des outils que leur professeur. Un renversement des rôles plutôt cocasse.
 
Le deuxième frein possible est dans le choix de l’investissement lui-même. Investir dans le numérique cela coûte cher : accès haut débit, plateforme, salles informatisées, achats de tablette, achats de licences logicielles… Les Directeurs d’établissement ont une grande responsabilité dans le choix des investissements. Pour des raisons de contraintes budgétaires les choix d’investissements se reportent sur le coût mais qui dans la pratique limite l’utilisation ou l’efficacité de l’utilisation numérique. Et si l’efficacité n’est pas pertinente de ces outils leur utilisation est délaissée car trop contraignante.
 
(1) Sondage opinionway pour savoir livre février 2012 « Regards croisés sur les outils pédagogiques et la place du manuel scolaire en France »
Texte et dossier : apprendreaapprendre.com
 
Tags: ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*