La Commission a présenté aujourd’hui une communication afin de proposer des mesures pour inciter davantage d’étudiants à suivre un enseignement professionnel en Europe et améliorer la qualité des formations offertes.

Ce plan d’action sera débattu lors de la rencontre entre les ministres européens de l’éducation et les partenaires sociaux qui sera organisée en décembre 2010 afin de définir les priorités de l’enseignement professionnel au cours des dix prochaines années.

Les propositions de la Commission s’appuient sur la nouvelle stratégie de l’Union visant à stimuler la croissance économique et l’emploi au cours de la prochaine décennie. L’un des principaux objectifs de cette stratégie («Europe 2020») est de relever le niveau de l’enseignement afin de répondre à la demande en qualifications nouvelles et plus poussées.

Le marché européen de l’emploi connaît une rapide mutation, du fait de la mondialisation, des progrès technologiques, du réchauffement climatique et de la pression exercée sur les ressources. Mais l’Europe peine à suivre, partiellement en raison du manque de qualification de nombreux travailleurs.

Aujourd’hui, même les emplois de base exigent souvent un savoir-faire important. Or, environ un tiers de la population européenne en âge de travailler (c.-à-d. la tranche des 25-64 ans) ne possède pas ou peu de qualifications, ce qui est beaucoup plus qu’aux États-Unis, au Canada, au Japon ou en Corée du Sud.

Les employeurs européens se plaignent depuis longtemps de ne pas pouvoir trouver de travailleurs suffisamment qualifiés. Malgré la hausse du chômage durant la récession, la pénurie de main-d’œuvre qualifiée persiste. La crise économique aurait même plutôt accentué les besoins en travailleurs qualifiés. Circonstance aggravante, la main d’œuvre est fortement mise à contribution afin d’augmenter sa productivité et compenser les départs à la retraite de plus en plus nombreux.

Androulla Vassiliou, commissaire européenne chargée de l’éducation a déclaré que l’Europe avait besoin de «changer l’image» de l’enseignement professionnel et de «l’adapter à la réalité d’aujourd’hui».

Le plan présenté par la Commission expose les moyens de donner à chacun la possibilité d’apprendre à n’importe quelle étape de sa vie et de faciliter l’acquisition d’une expérience à l’étranger dans le cadre d’une formation professionnelle. Il propose des mesures pour stimuler la créativité et l’entrepreneuriat et atteindre les personnes en décrochage scolaire, les chômeurs, les travailleurs migrants et les personnes handicapées.

L’enseignement professionnel place le savoir-faire et l’expérience pratique au-dessus des connaissances théoriques. Il s’adresse aux personnes qui préfèrent apprendre un métier ou acquérir une compétence plutôt que de poursuivre une formation supérieure de type universitaire, par exemple.

Les pays de l’Union européenne ont chacun leur propre système d’enseignement professionnel. Bien que très variables, les taux de participation y sont, en général, plus élevés qu’ailleurs.

Texte: Commission Européenne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*