On ne peut pas apprendre sans échouer quelque part.

Louer l’échec est à la mode. Vous pouvez entendre nombre d’histoires, assez inspirantes d’ailleurs :

Walt Disney  a essuyé 312 refus de banques avant de réussir à financer son projet ;

Edison aurait fait plus de 1000 essais avant de réussir à inventer l’ampoule.

De plus en plus dans le management, la création d’entreprise, on encourage à l’échec car on c’est ainsi que l’on apprendrait.

Mais l’échec cela reste quelque part une pilule amère à avaler.

Échouer n’est jamais quelque chose d’agréable.

Au-delà des discours de motivation et des belles histoires, est-ce que l’on apprend vraiment de l’échec en général et de ses échecs en particulier ?

Dans ce dossier vidéo, nous verrons que la réalité est à nuancer. Tout n’est pas blanc ou noir.

 

 

 

Sources et références

Nick Morgan « Ph.D. Does Failure Really Help Us Learn? Research suggests we shouldn’t be so eager to « fail fast. » »
January 28, 2020 –

https://www.psychologytoday.com/intl/blog/communications-matter/202001/does-failure-really-help-us-learn

La méta étude sur l’échec
« Why you may learn less from failure than success »Oct 21, 2019 https://news.uchicago.edu/story/why-you-may-learn-less-failure-success
« Is learning from your mistakes a myth? » – October 09, 2019 – https://www.chicagobooth.edu/media-relations-and-communications/press-releases/is-learning-from-your-mistakes-a-myth

Combinaison optimum d’échec et de réussite : la règle des 15% – 85%
« Learning is optimized when we fail 15% of the time » – November 5, 2019 University of Arizona https://www.sciencedaily.com/releases/2019/11/191105113457.htm
Robert C. Wilson, Amitai Shenhav, Mark Straccia & Jonathan D. Cohen « The Eighty Five Percent Rule for optimal learning » Published: 05 November 2019 https://www.nature.com/articles/s41467-019-12552-4

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*