Dans une Europe qui restera toujours multilingue, l’apprentissage des langues ouvre des portes. À titre individuel, il peut ouvrir la voie vers une plus belle carrière, vers la possibilité de vivre, d’étudier ou de travailler à l’étranger, et permet même de mieux profiter de ses vacances. Pour les entreprises, un personnel multilingue peut ouvrir la voie des marchés européen et mondial.

Mais il y a plus que cela. La langue parlée par une personne fait partie de son identité et de sa culture. Apprendre des langues signifie ainsi comprendre les autres et leur façon de penser. Cela signifie s’opposer au racisme, à la xénophobie et à l’intolérance.
L’enquête Eurobaromètre de la Commission de novembre-décembre 2005 a montré que, dans certains pays d’Europe, pratiquement tout le monde parle au moins deux langues. Cela prouve que tout le monde est capable de parler plusieurs langues et que cela n’est pas réservé à une élite.

L’Union européenne veut que tous ses citoyens aient accès aux avantages que peuvent apporter les connaissances linguistiques. L’apprentissage des langues est donc un élément essentiel de nos programmes d’éducation et de formation.

Entre-temps, l’Année européenne des langues 2001, organisée par la Commission et le Conseil de l’Europe, a donné aux langues une importance qui ne lui avait jamais été accordée auparavant. Une grande campagne d’information s’est déroulée tout au long de l’année, incluant par exemple la publication en 500 000 exemplaires du guide Comment apprendre les langues. En décembre 2001, le Conseil de l’Europe a proclamé la Journée Européenne des Langues.

La Commission a également subventionné à travers l’UE 199 projets au titre de l’Année européenne des langues. Ceux-ci s’adressaient directement au grand public. De nombreux projets ont notamment comporté des séances de « découverte des langues » – des mini-cours de langues donnés dans des lieux publics très fréquentés. Les projets couvraient aussi bien les langues officielles de l’UE ou des États membres que les langues régionales, minoritaires et le langage des signes ainsi que des langues extra européennes.

Texte et origine : Commission Européenne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*