2013_03_04_apprendre.En étude supérieure les connaissances à acquérir et à maîtriser sont importantes. Comment surmonter les obstacles facilement?

Les exigences de vos professeurs

Chaque succès est une accumulation de milliers d’efforts ordinaires que personne ne voit ou n’apprécie.

Brian Tracy

Chaque fois que nous commençons une nouvelle activité, plusieurs problèmes apparaissent, qui nous semblent souvent insurmontables. Ainsi, au début de votre cursus d’études supérieures, vous serez certainement confronté à quelques difficultés et à la pression de vos professeurs et de leurs assistants. Parfois, cette dernière vous expose à des moments de stress, compromettant du même coup votre état d’esprit positif et votre motivation pour continuer à travailler.

Dans les moments difficiles, certains étudiants se comparent à leurs camarades, et ce toujours à leur désavantage, puis désespèrent et perdent confiance en eux-mêmes, allant même, parfois, jusqu’à abandonner leurs études.

Si vous aussi vous espérez que, dès le premier jour et jusqu’à la fin de vos études, vous n’allez rencontrer que des succès et ne serez entouré que par des professeurs et des chargés de TD sympathiques et compréhensifs, votre frustration est déjà programmée. De ce fait, voici la règle d’or : n’abandonnez jamais après les premières pressions et difficultés ! Qu’importe votre découragement, continuez à travailler, en pensant que ces difficultés sont constitutives de tous les grands projets.

L’adoption d’automatismes

Une fois parvenu à réaliser une tâche difficile, vous allez peu à peu adopter des automatismes, qui vous permettront d’accomplir le même travail de plus en plus facilement, en investissant de moins en moins de temps et d’efforts.

Surtout, ne pensez jamais que vous n’arriverez pas à « digérer » le programme semestriel, pourtant très chargé, ou que vous êtes moins intelligent que vos camarades. Sachez qu’un tel début est normal et fait partie des règles du jeu. Si, dès les premiers jours, vous êtes stressé et croyez ne pas réussir à faire le travail exigé, pensez que vous n’êtes pas le seul à se sentir ainsi. Ne pensez jamais à abandonner après les premiers échecs ou critiques de vos professeurs. En procédant ainsi, au bout d’un certain temps, vous verrez que les choses qui vous semblaient difficiles au début vont vous paraître relativement simples. Cela, bien sûr, à condition que vous continuiez à travailler régulièrement et acceptiez de subir quelques déconvenues, inévitables durant la phase d’apprentissage.

L’acquisition de compétences et du savoir demande du temps

L’expérience d’un enfant qui apprend à marcher est très comparable à celle de vos études. Apprendre à faire ses premiers pas peut nécessiter pour l’enfant des mois et lui demander d’énormes efforts ; nombre de chutes et d’essais qui finiront en échecs l’attendent. Néanmoins, aucun enfant ne se décourage et ne dit à ses parents : « J’ai tellement essayé mais je n’y arrive pas, j’abandonne car je ne suis pas fait pour ça. Vous me pousserez donc jusqu’à la fin de ma vie dans ma poussette. »

Comment expliquer le comportement de certains étudiants qui se laissent décourager après les premières difficultés ? Ou celui de leurs parents, qui naturellement, après avoir, comme tous, encouragé et motivé leur enfant à persévérer pour apprendre à marcher, ne font pas de même plus tard, pour les pousser, malgré les premiers échecs, à poursuivre et à réussir leurs études ?

De la même façon qu’un enfant qui apprend à marcher, avant d’apprendre à rendre un bon travail, vous avez besoin d’un certain temps d’entraînement et de révisions régulières.

Durant cette phase de « démarrage », il est inévitable que vous fassiez des fautes, ayez des mauvaises notes et subissiez quelquefois les critiques de la part de vos professeurs. Dans ce cas, c’est toujours votre réaction à ces déceptions qui va déterminer si vous allez réussir en fin d’année ou si vous allez jeter l’éponge, succombant à la moindre déception.
Adoptez, le plus vite possible, une attitude de gagnant et une certaine philosophie, que l’on va préciser par la suite.

Apprendre à relativiser

La prochaine fois que vous subirez une pression ou rencontrerez un échec, pensez que ces difficultés sont momentanées et inévitables dans n’importe quel établissement supérieur. Apprenez donc à les relativiser et si, à certains devoirs, vous avez des notes moins bonnes, acceptez-le sans vous décourager et continuez à travailler à 120% pour pouvoir faire mieux la prochaine fois.

Tel est le cas si vous avez travaillé tout le week-end, en vous donnant beaucoup de mal, et avez préparé un devoir qui vous semblait très bien rédigé mais, après la correction de votre chargé de TD, vous constatez que vous avez fait, malgré vos efforts, plein de fautes et obtenez une mauvaise note. Soudain, vous ressentez un sentiment de frustration et d’injustice profonde, s’accompagnant d’un grand découragement : « Pourquoi continuer à travailler autant ? »

Dans cette situation, je vous conseille d’arrêter de penser à ce qui est juste ou non et de chercher la solution au problème, celle qui vous permettra de réussir votre semestre. Pour cela, commencez à analyser les raisons qui expliquent que votre travail n’a pas été suffisant et demandez-vous comment vous pourriez faire mieux la prochaine fois. Évitez les explications telles que : « j’ai eu une mauvaise note parce que le prof ne m’aime pas », car vous révéleriez une faiblesse de caractère. Au lieu de vous apitoyer, comparez vos notes avec celles de vos camarades qui ont su mieux faire et demandez au professeur pourquoi il vous a noté ainsi et ce qu’il attend de vous la prochaine fois.

Après chaque échec ou déception, continuez à travailler, tirez les leçons de la situation et pensez à ces trois conseils :

. Certains échecs sont inévitables, traitez-les comme un étudiant qui réussit. Soyez patient avec vous-même et, en cas de déceptions, analysez la cause de l’échec et posez-vous deux questions : « qu’est-ce que je peux apprendre de cette situation ? » et « comment pourrais-je faire mieux la prochaine fois ? »

. Cessez de vous comparer à vos camarades. Certains étudiants (commettent l’erreur de ne travailler que les TD, repoussant la révision des autres cours aux derniers jours avant les examens. Ces étudiants investissent toute leur énergie en TD et négligent ainsi toutes les autres matières. Mais souvent, bien qu’ils réussissent mieux que j vous chaque TD, ils ont des notes beaucoup moins bonnes que vous j à l’examen. Évitez donc toute sorte de comparaisons, surtout celles qui ne sont pas à votre avantage, pour ne pas détruire votre motivation et votre confiance en vous, si indispensables pour la réussite de vos études.

. Votre endurance, un travail régulier et votre patience vont inévitablement vous mener vers la réussite. Quelque travail que vous commenciez, abandonnez les faux espoirs. Vous n’allez pas réussir chaque devoir du premier coup. Concentrez-vous sur les priorités de votre programme de travail journalier et n’attendez pas des bonnes notes tout le temps, elles arriveront à terme, en fonction de votre travail et de votre persévérance.

 

 

Dossier : Antoinette CHAMPCLOS

On demande aux élèves d’apprendre, de travailler et de réussir. Mais on leur donne rarement la méthode pour cela. Comment apprendre à travailler – tout en continuant à s’amuser ? Voici la méthode d’Antoinette Champclos, qui concilie différentes cultures et façons de penser et de travailler (soviétiques, allemandes, françaises, anglo-saxones). L’auteur traite de l’aide au choix d’orientation, du comportement en situation, des techniques de motivation aux efforts, de la programmation du travail, des méthodes de prise de notes, des révisions et des examens, des stratégies relationnelles, de la mobilisation des forces conscientes et subconscientes, de la maîtrise des émotions, de la gestion des échecs et des stratégies latérales…



 

Pour voir le livre: Cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*