Est possible de réussir un projet de vie sans avoir le bac ? Quels conseils donner aux jeunes qui sortent de l’école sans diplôme ?

 

( Interview de Pierre CHAVOT ) Auteur du livre « Réussir avec ou sans le bac »

Il y a 150.000 jeunes qui sortent de l’école sans diplôme. Que conseilleriez-vous à ces jeunes pour s’en sortir ?

Je leur conseille de déculpabiliser. Ensuite il faut assumer sa singularité. Ce n’est pas parce que l’on n’aime pas les maths que l’on est un idiot. Il a parfois des pensées idiotes qui s’inscrivent dans l’inconscient collectif. Enfin il faut être libre et ne pas être dépendant du système.

Pourquoi les jeunes culpabilisent-ils à l’école selon vous?

 Dès le primaire, ont fait des erreurs : l’erreur se corrige et la faute se punit ! Les jeunes pensent qu’ils sont mauvais parce qu’ils font des erreurs. C’est absurde car on ne peut pas apprendre sans faire d’erreur. Enfin il y a les ravages du regard de l’autre, certains jeunes élèves sont systématiquement dans la comparaison. C’est nocif.

Lorsqu’ils n’ont pas de diplôme il faut bien que les élèves décrocheurs ou en échec scolaire retournent à l’école car ils ont des lacunes à combler dans beaucoup de matière ?

Ne pas avoir de diplôme n’indique pas forcément qu’il soit obligatoire de retourner à l’école. Pensons qu’il y a la VAE pour cela, par exemple. Toutefois il est vrai que le diplôme est la condition importante qui ouvre essentiellement les portes pour un travail. Mais gardons à l’esprit, par exemple, que Xavier Niel, le cofondateur de Free, n’a pas de diplôme de fin d’études. Et ces cas d’entrepreneurs ne sont pas si rares que ça. Avant tout il faut de la curiosité. Elle est indispensable pour réussir dans une vie professionnelle. C’est à partir de cette curiosité que l’on a envie d’apprendre. Cela donne des autodidactes, des gens qui apprennent sur le terrain. Je pense que l’entreprise devrait plus rentrer dans les collèges et les lycées afin que les jeunes et les enseignants découvrent la réalité d’un monde, celui du monde du travail.
Même s’il y a des profs formidables, les jeunes diplômés ne connaissent pas forcément la réalité de tous les jours, et ne sont pas forcément bien formé pour l’affronter. Car l’essentiel est d’avoir le goût d’apprendre.

Est-ce que le succès de certaines personnalités (comme Richard Branson, Steve Jobs etc.) a pu se faire à une époque ? Et qu’aujourd’hui on ne peut pas partir de rien ? En d’autres termes ces personnalités n’auraient pas pu réussir aujourd’hui ?

2 choses essentiellement. D’abord il y a une question de génération, celle des baby-boomers qui ont connu une belle époque c’est vrai. Aujourd’hui les jeunes n’ont pas le sentiment d’être compris. Mais il ne suffit pas d’être un cancre à l’école pour réussir. Ce n’est pas du tout cela. Il faut vouloir apprendre continuellement et surtout se mettre au travail, bref de devenir un bosseur.
 
Les Jobs, Gate, Zuckerberg sont allés au bout de leur projet car ils ont bossé, ils ont dû travailler. Donc il faut le goût d’apprendre et de travailler. Tout le problème est de se raccrocher à quelque chose. Les jeunes en situation de décrochage scolaire ou en échec scolaire ont été catégorisés comme nul et donc ils se comportent comme nuls. Il faut qu’ils se pensent formidables, sans tomber non plus dans le déni de leurs difficultés. Mais aujourd’hui avec notre modèle éducatif dépassé on dégoute ces jeunes d’apprendre et de se dépasser.
 
On peut réussir aujourd’hui comme avant. Mais il ne faut pas rester passif. Nous avons bien plus de possibilités d’apprendre que la génération de Steve Jobs ou de Bill Gates. Il faut savoir que les études montrent que les jeunes lisent, mais pas de la même façon et pas la même chose. L’idée reçue selon laquelle les jeunes scolarisés feraient plus de fautes d’orthographe est très exagérée, même si une bonne proportion d’entre eux a d’indéniables difficultés dans l’apprentissage du français.

Qu’est-ce que ces personnalités, qui ont réussi (sans diplôme), ont-elle eu de plus que d’autres n’ont pas ?

C’est avant tout l’état d’esprit. La réussite ce n’est pas une question de richesse, de milieu social, d’argent (c’est sûr que d’être riche est plus facile). C’est aussi se dire « pourquoi pas moi ! ». La motivation vient ensuite en se déculpabilisant. Les rencontres également ne sont pas à négliger. C’est en faisant la rencontre du fondateur de Napster que Mark Zuckelberg a pu faire de Facebook ce qu’il est aujourd’hui. Mais plus généralement, si on fréquente que des gens négatifs, on va dans une spirale négative qui empêche de réussir. Donc il faut rester actif en permanence et faire des rencontres de personnes qui vous font évoluer.
 

Vous parlez des 5 lieux pour se réaliser, vous pouvez nous en dire un peu plus là-dessus ?

D’abord l’entourage est capital, que ce soit un conseiller, un prof etc. Dans la mesure du possible, c’est que l’entourage soit porteur.

Ensuite cesser de penser que la filière S est une filière d’excellence obligatoire.

Il faut aussi être libre et le rester, bref ne dépendre de personne quant à son évolution personnelle et professionnelle.

Enfin ne pas se résigner et ne pas croire que l’école nous apprend tout. Sachez que l’on ne retient qu’environ 10% de ce que l’on apprend à l’école. Bref, il ne faut jamais abandonner.

Mais attention en citant tous ces exemples de personnalités qui ont réussi sans diplôme le piège est de croire que le bac ou les études ne sont pas nécessaires. Ce n’est ce pas que je dis et ce n’est pas ce que je conseille non plus. Si vous pouvez avoir le bac et faire des études, tant mieux. Les diplômes ne font pas la compétence. Ce sont les individus, et leur envie d’apprendre, d’évoluer, de réussir, de « se » réussir.

 

Pierre Chavot est enseignant et auteur d’une cinquantaine de livres. Il transmet à des étudiants, du public et du privé, des notions de techniques d’écriture, de géopolitique et de géoculture, de débats d’actualité, de culture appliquée à la publicité, au marketing et à la communication, de philosophie simple et d’histoire des religions.

reussir_sans_avec_bac

La réussite est à la portée de tous ! Elle n’a rien à voir avec l’argent ou le diplôme qui, certes utile, est devenu une dictature. Réussir, c’est un état d’esprit. C’est revendiquer sa différence, observer, avoir envie de se cultiver, de partager, de se réaliser. Et profiter de tous les outils à notre disposition, avec un ingrédient majeur : le plaisir ! Et une certitude : apprendre rend libre.

Pour voir le livre:Cliquez ici

 

 

2 Comments

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article. Il est bon de rappeler que la réussite ne rime pas toujours avec diplôme. C’est d’autant plus vrai avec Internet qui a révolutionné notre manière d’apprendre. Tout ne s’apprend pas à l’école. L’apprentissage se fait tout au long de la vie !

    • Merci pour votre message. En effet, l’apprentissage se fait tout au long de la vie. Certains l’ont oublié un peu vite. Le diplôme ne fait pas tout, loin de là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*