Des chercheurs de l’équipe d’imagerie diagnostique de l’université ‘University College Dublin’ ont étudié les effets d’exercices cognitifs répétés sur la mémoire et l’état des cellules du cerveau impliquées dans la mémoire. Leurs travaux sont financés dans le cadre du programme « Programme for Research in Third Level Institutions » de la « Higher Education Authority ».

Les chercheurs ont testé les performances intellectuelles ainsi que le métabolisme du cerveau de 24 volontaires sains âgés de 55 à 70 ans. Ces volontaires ont été soumis à 6 semaines d’exercices intensifs d’apprentissage par coeur de poèmes ou d’articles de journaux, suivies de 6 semaines de repos. Les performances intellectuelles de ces volontaires ont été testées de manière approfondie avant et après la période d’apprentissage, ainsi que après la période de repos.

La moitié des volontaires a été soumise à un type particulier d’imagerie diagnostique, la spectroscopie à résonance magnétique (SRM), avant et après la période d’apprentissage, et après la période de repos. Ceci permet de mesurer les variations dans le cerveau des niveaux de plusieurs métabolites (N-acétylaspartate, créatine et choline), qui sont reliés à la performance mnésique et à l’état des cellules neurales. A la fin des 6 semaines d’apprentissage, aucun changement dans le métabolisme du cerveau ou des performances mnésiques n’a été observé. Mais après la période de repos, tous les volontaires montrent une amélioration de leur mémoire verbale et épisodique. Ces changements comportementaux sont associés à des modifications métaboliques identifiées par SRM au niveau de l’hippocampe postérieur gauche, une structure du cerveau liée à la mémoire.

Texte: Anne Welcker (Ambassade de France en Irlande / ADIT)

Origine: Irlande numéro 24 (8/02/2007) – Ambassade de France en Irlande / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/41172.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*