GF_2013_04_17_stress_2Les études supérieures demandent beaucoup de travail et génèrent du stress qui peut aboutir au burnout.

Cercle vicieux

Parfois, un comportement qui fait monter le stress a des conséquences qui vont elles-mêmes générer une nouvelle hausse de stress, et ainsi de suite ! C’est un cercle vicieux dont il devient vite difficile de sortir. Pour y parvenir, ne vous stressez surtout pas plus mais demandez-vous pourquoi telle ou telle situation provoque du stress et, surtout, comment faire pour que cela ne se reproduise plus.

Prenons l’exemple d’un étudiant qui se sent stressé le jour d’un examen. Le matin, il n’arrive pas à trouver sa carte d’étudiant et, après avoir perdu du temps à la chercher en vain, il rate son bus. Il parvient à entrer à la dernière minute dans la salle d’examen, mais son stress est déjà très fort et, au lieu de se concentrer sur le sujet, il pense, durant ce temps qui lui est désormais compté, à la peur qu’il a eue d’arriver en retard et au temps qu’il a perdu pour expliquer à l’entrée comment il avait pu perdre sa carte d’étudiant. Il est évident que, dans ces conditions, ses chances de réussir sont particulièrement minces. Pourtant, s’il apprend à se concentrer sur une seule chose à la fois, une telle situation ne se produira plus et il aura toutes les chances de réussir son examen.

Pour mieux maîtriser le stress et éviter de vous épuiser inutilement, apprenez donc à analyser la situation en vous concentrant toujours sur une seule tâche
à la fois. Pensez également que, plus vous travaillez, plus vous relevez de défis à l’université, moins de stress, au bout d’un certain temps, vous ressentirez. Ce faisant, vous éviterez aussi le surmenage.

 Le burnout

Le terme anglais burnout signifie l’épuisement dû à l’ardeur au travail. Appelé « syndrome d’épuisement professionnel », le burnout guette tout individu soumis à un stress excessif, prolongé ou répétitif1. Chez les étudiants, son apparition dépend de leur faculté à résister au stress qui résulte de la pression de l’enseignement supérieur et peut être accentué par un job à côté et des problèmes familiaux ou relationnels. Souvent oppressés par l’accumulation de ces facteurs de stress, les étudiants ressentent un sentiment d’échec qui peut se transformer ensuite en frustration, puis en résignation et, enfin, en épuisement.

 Différents types d’étudiants sensibles au burnout

Même s’il semble arriver soudainement, le burnout est souvent le résultat d’une tension continue durant de longs mois. Pour y remédier, analysons d’abord les types d’étudiants qui sont particulièrement concernés par ce phénomène :

– Les étudiants perfectionnistes, qui se fixent un niveau de performance
très difficile, voire impossible à atteindre ;

– Les étudiants qui conditionnent l’estime qu’ils se portent et leur amour-propre à leurs notes.

– Les étudiants qui n’ont que leurs études ou presque comme source de satisfaction.

Dossier : Antoinette CHAMPCLOS

 

On demande aux élèves d’apprendre, de travailler et de réussir. Mais on leur donne rarement la méthode pour cela. Comment apprendre à travailler – tout en continuant à s’amuser ? Voici la méthode d’Antoinette Champclos, qui concilie différentes cultures et façons de penser et de travailler (soviétiques, allemandes, françaises, anglo-saxones). L’auteur traite de l’aide au choix d’orientation, du comportement en situation, des techniques de motivation aux efforts, de la programmation du travail, des méthodes de prise de notes, des révisions et des examens, des stratégies relationnelles, de la mobilisation des forces conscientes et subconscientes, de la maîtrise des émotions, de la gestion des échecs et des stratégies latérales…



 

Pour voir le livre: Cliquez ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*